controverse pro ou anti-décroissants !

voici un billet sur le site meridianes.org qui dresse un portrait de la controverse pro ou anti-décroissants …

Une différence importante entre les deux amas principaux quant à la nature de leurs composantes, avec d’un côté ceux qui font le système actuel, qui ont le pouvoir de le modifier, et de l’autre des associations, des particuliers qui sont peu audibles ailleurs que sur le web, qui ne dispose que de peu de moyens d’actions.

Cette composition des tenants de la décroissance explique que s’ils n’ont que peu de poids au niveau national, ils sont en revanche fortement ancrés au niveau local.

De plus le mouvement des décroissants n’est pas homogène ( cela n’est pas pour servir la construction d’un débat à la hauteur des enjeux) : certains décroissantistes se conçoivent alors comme une minorité active, préparant en avance un programme politique d’après crise. D’autre conçoivent la décroissance comme un programme social à mettre en œuvre immédiatement, pour curer nos sociétés de leurs tares actuelles. La décroissance serait alors synonyme de l’avènement d’un bien-être véritable. Enfin de nombreux militants invoquent la décroissance comme une attitude pragmatique pour faire face aux crises actuelles : la décroissance se réduirait alors à ne plus prendre l’avion, à isoler convenablement sa maison et cultiver son jardin.

Le dépassement de la controverse serait alors rendu possible par l’action citoyenne. C’est aux citoyens, et non aux dirigeants, de définir l’attitude à avoir … C’est par une écoute mutuelle et la construction d’un débat arbitré par les citoyens que la controverse de la décroissance pourra trouver sa résolution.

La vidéo (à partir de 8:40 mn) ci-dessus est un débat à l’émission « Arrêt-sur-image » mettant en présence Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques, Paul Ariès, politologue et écrivain (« Décroissant » et directeur du journal Sarkophage) et Xavier Timbeau, économiste à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques).

Xavier Timbeau, explique que le problème auquel on arrive aujourd’hui après une croissance (production et consommation) qui a amené de bonnes choses : est que l’on va se heurter à une limite (floue) de ce que la planète est capable de fournir. Une intuition :  Le monde va de plus en plus vite, nous sommes de plus en plus nombreux et  on consomme de plus en plus. 1 milliard vivent avec une satisfaction assez grande, 6 milliards aujourd’hui qui veulent autant que le 1 milliard et 2 milliards sans vivre à leur faim  : si les 9 milliard consommaient d’une manière satisfaisante, la consommation de la planète serait multipliée par  5 à  10 … ce serait au delà de la  limite  de la planète :  il faut une solution … Le choix de la décroissance peut être une solution mais aussi est une utopie …

… ce débat montre quelques idées communes entre les 3 intervenants, mais pas forcément de vision commune.

Un petit clin d’oeil est fait par rapport au traitement médiatique de la décroissance … « Les médias veulent des décroissants qui courent nus dans les bois ! ».

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Décroissance, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s